Ghosn bientôt libéré? Fin de garde à vue décrétée par le tribunal de Tokyo

© AP Photo / Thibault CamusCarlos Ghosn
Carlos Ghosn - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Le tribunal de Tokyo a rejeté jeudi la requête du parquet d'étendre la garde à vue de Carlos Ghosn, arrêté au Japon le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières chez Nissan, si bien que Ghosn pourrait rapidement être remis en liberté sous caution.

Un tribunal japonais a annoncé avoir rejeté jeudi une nouvelle demande d'extension de la garde à vue de Carlos Ghosn. Ainsi, selon les médias, le PDG de Renault et de l'Alliance Renault-Nissan pourrait être libéré prochainement sous caution.

Le logo de Nissan - Sputnik Afrique
Nissan invente des pantoufles qui... se garent toutes seules
La prévention de l'ancien président de Nissan, de même que celle d'un ex-administrateur du groupe, Greg Kelly, doit s'achever ce jeudi après avoir été prolongée à deux reprises.

Selon la chaîne de télévision publique NHK, Ghosn, —tout comme Kelly- pourrait être libéré jeudi ou vendredi.

Cette décision du parquet de Tokyo est une surprise, tant il est rare au Japon que des suspects bénéficient d'une remise en liberté sous caution.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des avocats de Ghosn et de Kelly.

Le dirigeant de 64 ans, qui a connu une chute brutale quand il a été appréhendé à la sortie de son jet privé il y a un mois, séjourne actuellement dans une cellule d'un centre de détention de Tokyo.

Carlos Ghosn - Sputnik Afrique
«Sans doute "l'enquête" la plus rapide de l'Histoire»: le Net sur l’arrestation de Ghosn
Le 10 décembre, le bureau des procureurs a décidé de mettre Carlos Ghosn en examen pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015, selon l'agence de presse Kyodo et la chaîne publique NHK. Son bras droit, Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, a aussi été inculpé.

Nissan est également poursuivi en tant qu'entité morale, le parquet jugeant que la responsabilité de l'entreprise était aussi engagée, car c'est elle qui a remis les rapports incriminants aux autorités boursières.

M.Ghosn, qui nie toute malversation financière, reste PDG du constructeur automobile français Renault, mais a été démis de ses fonctions de président des conseils d'administration de Nissan et Mitsubishi Motors.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала