Les guerriers d’Allah résidant en Europe

S'abonnerTelegram
Au moins cinq attentats récents en Irak et en Syrie ont été perpétrés par des kamikazes, venus d’Allemagne, apprennent les média allemands, se référant au Département pour la protection de la Constitution.

Au moins cinq attentats récents en Irak et en Syrie ont été perpétrés par des kamikazes, venus d’Allemagne, apprennent les média allemands, se référant au Département pour la protection de la Constitution.

En somme, selon les données du département, des centaines de personnes ayant des passeports allemands combattent dans les rangs du soi-disant Etat islamique. D’ailleurs, d’après les témoignages des journalistes, il ne s’agit pas seulement de citoyens allemands, mais de ceux d’autres Etats d’Europe.

Ainsi, le Département allemand pour la protection de la Constitution fait état de la présence dans les rangs des djihadistes en Syrie de 400 jeunes venus d’Allemagne.

Une analyse plus détaillée des biographies de personnes arrivées pour combattre dans la même Syrie donne assez de matière à réfléchir. Seuls 26 % d’entre elles ont terminé leurs études à l’école secondaire, rien que 6% ont une formation professionnelle. Seuls 12 % avaient un travail, principalement non qualifié. Un jeune sur cinq était au chômage, un sur trois avait eu des démêlés avec la justice. Faut-il donc aller chercher loin les raisons de la radicalisation de cette partie de la jeunesse quand elles sont évidentes ? Les médias d’Allemagne informent qu’à présent des hommes politiques en RFA proposent de durcir la lutte contre les adeptes de l’islam radical. Mais en gros on doit s’accorder avec le chef du dit Département allemand, Hans-Georg Maaßen, qui a appelé le règlement de ce problème le souci de toute la société.

Pas uniquement allemande, pouvons-nous ajouter. A la fin de l’année dernière, par exemple, les ministres de l’Intérieur de France et de Belgique ont publié des données, suivant lesquelles près de 2000 citoyens de l’UE, dans leur majorité des jeunes, combattaient du côté de l’opposition syrienne. Parmi eux environ 400 Français et 150 Belges, ont précisé les ministres. Quant à la radicalisation de la jeunesse européenne, le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques, Vladimir Anokhine n’enlève pas la faute pour cela des hommes politiques d’Europe mêmes.

"C’est un processus, provoqué, avant tout, par l’Europe elle-même, - dit M. Anokhine. – L’aspiration à une certaine équité, à un but est toujours plus forte chez les jeunes que chez la génération ainée. Et quand l’Europe stagne idéologiquement, quand elle tombe dans l’injustice, etc., les jeunes commencent à rechercher une issue. Et la trouvent, y compris dans l’islam radical, lequel sous un couvert idéologique les attire dans toute sorte de points chauds."

Comme annoncé par les médias allemands, les quatre principales communautés musulmanes du pays ont appelé à une journée de mobilisation contre le fanatisme religieux, le racisme et la haine dans toute l’Allemagne vendredi 19 septembre. On ne peut admettre que les idées de l’islam soient prises en otages par des terroristes et des criminels comme ceux de l’Etat islamique. Il faut, sans aucun doute, libérer l’islam de cette emprise. Mais qui affranchira la jeunesse d’Europe prise en otage?

La Voix de la Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала