Ukraine: la Russie renforce ses positions dans le règlement de la crise (Forbes)

© Flickr / greg westfallUkraine: la Russie renforce ses positions dans le règlement de la crise
Ukraine: la Russie renforce ses positions dans le règlement de la crise - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Les forces d'autodéfense renforcent leurs positions dans l'est de l'Ukraine: cette évolution pourrait faire prédominer les propositions russes dans le règlement du conflit, écrit le chroniqueur Kenneth Rapoza pour Forbes.

Les forces d'autodéfense renforcent leurs positions dans l'est de l'Ukraine: cette évolution pourrait faire prédominer les propositions russes dans le règlement du conflit, écrit le chroniqueur Kenneth Rapoza pour Forbes.

"Il est fort probable que la Russie remporte la confrontation sur la question ukrainienne si les exigences des forces d'autodéfense dans l'est de l'Ukraine sont prises au sérieux. Le temps travaille en faveur de Moscou, notamment à l'approche de l'hiver et en raison des besoins de toute l'Europe en gaz russe", écrit Kenneth Rapoza, chroniqueur pour Forbes.

Si la victoire totale dans le conflit ukrainien ne pouvait être attribuée ni à l'armée ukrainienne ni aux insurgés, l'unique solution pour sortir de cette crise serait diplomatique, et les forces d'autodéfense pourraient très certainement obtenir des concessions significatives de Kiev, estime le journaliste.

La Russie continue de défendre le droit des citoyens russophones dans les régions à l'est du pays à un "traitement juste" de la part des autorités de Kiev, ainsi que le droit à l'autonomie gouvernementale. De plus, grâce au renforcement des positions des insurgés dans le Donbass ces derniers jours, la Russie se retrouve dans une position bien plus avantageuse pour mener les négociations, même par rapport à celle de la semaine dernière, pense Kenneth Rapoza.

Ce dernier cite l'ex-ambassadeur des USA en Russie Michael McFaul, qui estime qu'un compromis entre les autorités et les insurgés sur la décentralisation du pouvoir dans la région serait la solution la plus simple et le moyen le plus rapide de mettre un terme à la guerre. D'après lui, la décentralisation et la reconnaissance du russe comme deuxième langue nationale dans l'est du pays pourraient constituer la phase finale des négociations. A cet égard, les déclarations du président ukrainien Piotr Porochenko fin août selon lesquelles il n'y aurait qu'une seule langue nationale en Ukraine, pourraient aggraver davantage le conflit – il suffirait de rappeler ce qui s'est passé avec la Crimée, écrit Kenneth Rapoza.

Le journaliste propose de rappeler non seulement l'instabilité politique et les victimes humaines dans le conflit ukrainien, mais aussi le fait que les intérêts économiques de la Russie, de l'UE et des USA dépendent fortement du succès du règlement de la crise.

L'Occident continue à adopter de nouvelles sanctions contre la Russie, cherchant à lui faire changer sa position vis-à-vis de l'Ukraine. Cependant, tandis que la position de Moscou reste inchangée et sa position économique ne se porte pas si mal, l'UE est au bord du gouffre, estime l'auteur de l'article. L'Europe reçoit de Russie près de 30% du gaz qu'elle consomme. En outre, elle ressent déjà l'impact négatif de l'embargo russe sur les produits de l'UE, notamment la viande et les produits laitiers. Les intérêts des Etats-Unis sont également menacés, notamment en ce qui concerne les projets communs du géant énergétique américain ExxonMobil avec la compagnie russe Rosneft, qui pourraient être touchés suite aux sanctions.

"Le temps est du côté de la Russie. A l'approche de l'hiver l'influence de la Russie sur l'Ukraine et, en fin de compte, sur l'Europe connaît une croissance proportionnelle à leur dépendance du gaz russe. Ce jeu de guerre pourrait se terminer avant les premières chutes de neige", estime Kenneth Rapoza.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала