Poutine: "La Russie ne suivra pas la voie de l'isolement"

S'abonnerTelegram
Le discours du président russe Vladimir Poutine devant les députés de la Douma (chambre basse du parlement russe) réunis à Yalta a été très pacifique, écrit vendredi le quotidien RBC Daily.

Le discours du président russe Vladimir Poutine devant les députés de la Douma (chambre basse du parlement russe) réunis à Yalta a été très pacifique, écrit vendredi le quotidien RBC Daily.

Il a appelé à "s'unir pour construire" et "pas pour la guerre", à contrecourant de ceux qui prédisaient une intervention russe en Ukraine. Il a également envoyé un autre signal à l'Occident: la Russie pourrait sortir des accords internationaux si les tribunaux internationaux continuaient à prendre des décisions que Poutine qualifie de "politiques".

"La société russe doit d'unir et se mobiliser, non pas pour faire la guerre mais pour travailler activement au bien de la Russie", a insisté le président. "En ce qui concerne les principes de notre politique étrangère: elle doit être pacifique", a souligné le chef de l'Etat. La Russie a un important potentiel pour assurer sa sécurité, mais l'armée n'est pas une panacée et le gouvernement n'a pas l'intention de "brandir une lame et de l'agiter partout dans le monde".

Selon le président, le conflit en Ukraine doit cesser au plus vite et la Russie fait tout ce qui est en son pouvoir dans ce sens. A en juger par son discours, il compte employer des moyens diplomatiques pour atteindre cet objectif: "Nous posons ces questions au gouvernement ukrainien, à la communauté internationale et aux organisations internationales". Il a opposé le chaos sanglant en Ukraine au calme qui règne en Crimée.

Ses porte-paroles officiels ont commenté l'allocution du président dans le même esprit.

"La Russie se tiendra à une politique étrangère pacifique. Elle reste un Etat souverain qui prend des décisions uniquement dans l'intérêt de sa population", a déclaré le secrétaire du conseil général du parti Russie unie Sergueï Neverov.

Miser sur les moyens pacifiques de sortie de crise et ne pas s'impliquer dans une guerre sont les principaux signaux du discours présidentiel, confirme une source proche de la direction du parti au pouvoir.

Le politologue Konstantin Kalatchev estime que le discours du président correspond à la fameuse expression "si vis pacem, para bellum" – qui veut la paix prépare la guerre. Selon lui, sur fond des fournitures d'aide humanitaire en Ukraine, l'allocution était très pacifique. En même temps, souligne le politologue, Poutine a noté qu'un détachement militaire serait formé en Crimée.

"La rhétorique pacifique de Poutine est destinée avant tout au monde extérieur. Il veut apaiser la tension dans ses relations avec l'Occident et laisse entendre que la Russie se limitera à la Crimée", pense Konstantin Kalatchev.

D'après Alexandre Pojalov, directeur de recherche à l’Institut des études socio-économiques et politiques proche du Kremlin, l'atmosphère exacerbée autour d'une éventuelle guerre contre l'Ukraine était un bruit médiatique en prévision de l'allocution présidentielle. "Sur fond de la rhétorique isolationniste des députés et des sénateurs, Poutine a fait comprendre que la Russie ne suivrait pas la voie de l'isolement. Il a remis à leur place les partisans d'une ligne dure", souligne le politologue.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала