La Russie entendue dans le monde

© Sputnik . Aleksandar Kriazhev / Accéder à la base multimédiaNezavissimaïa gazeta
Nezavissimaïa gazeta - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Chaque nouvelle année qui démarre apporte inévitablement son lot de bilans - les tabloïds du monde entier en débordent. En 2014 on remarque une présence de plus en plus fréquente des termes "Poutine" et "Russie" en haut de ces classements, écrit lundi 20 janvier le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Chaque nouvelle année qui démarre apporte inévitablement son lot de bilans - les tabloïds du monde entier en débordent. En 2014 on remarque une présence de plus en plus fréquente des termes "Poutine" et "Russie" en haut de ces classements, écrit lundi 20 janvier le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

La revue American Interest constate notamment plusieurs exploits de Vladimir Poutine en politique étrangère : tout d'abord la Russie a "réussi à mettre les USA dans la situation la plus absurde depuis la chute de l'Union soviétique" ; elle a empêché l'intervention militaire en Syrie ; et elle a "déjoué" les plans de l'UE sur le dossier ukrainien.

Ces bons résultats de la Russie sur l'arène mondiale sont appuyés par des sondages. L'un d'entre eux, mené auprès de 14 000 personnes à travers une quinzaine de pays, a montré que Vladimir Poutine occupait la troisième place parmi les hommes les plus respectés devant le pape et juste derrière Bill Gates et Barack Obama.

Les appréciations de Poutine à l'étranger reflètent en majeure partie l'opinion des Russes.Le positionnement de Poutine dans ce sondage mondial s'explique principalement par le soutien de son propre électorat.

Ceux qui pensent que cette situation va de soi pour tous les chefs d'État vont être déçus.

Au contraire, beaucoup d'entre eux n'ont pas été soutenus par leurs compatriotes dans ce sondage : Barack Obama, par exemple, a obtenu deux fois moins de voix que le pape aux Etats-Unis.

Le fait que la position du président russe dans le classement mondial soit déterminée par les Russes eux-mêmes est une bonne chose en soi. C'est encore mieux quand cette position est largement justifiée. D'après les sondages menés en Russie, les sociologues en concluent que le bien-être des Russes est aujourd'hui à un niveau record.

Les indices confirmant cette tendance sont actuellement bien plus élevés qu'il y a deux ans. Sur une échelle de -100 à +100 les Russes évaluent leur niveau de vie à 68 points. Et ce en pleine période de crise économique mondiale.

Tout cela se reflète, logiquement, sur les préférences politiques de l'électorat russe. Le sondage de la fondation Opinion publique (FOM) réalisé en janvier 2014 a montré que si la présidentielle avait lieu aujourd'hui, 49% des Russes voteraient sans hésiter pour Vladimir Poutine. Avant le Nouvel an ils étaient 46%.

Dans tous les cas cet indice est très élevé : il s'agit presque de la majorité des personnes interrogées. Or beaucoup d'entre elles ne votent pas ou ne sont pas encore prêtes à faire leur choix. Dans un vote réel leurs voix ne seraient simplement pas prises en compte. Par conséquent, dans la pratique, Vladimir Poutine aurait été soutenu par trois votants sur cinq. Bref, il s'agirait encore d'une victoire incontestable au premier tour.

Ce n'est probablement pas un scoop pour certains. Et ce ne serait pas la première victoire de Poutine. Mais cette information montre que désormais le reste du monde est de plus en plus contraint de tenir compte de la position de la Russie et de son électorat principalement grâce aux efforts de Moscou, qui exerce une influence à la fois sur les processus globaux et sur l'opinion des étrangers. N'en déplaise à certains.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала