Les chrétiens restent les plus persécutés au monde

© © Flickr.com/shioshvili/cc-by-saLes chrétiens restent les plus persécutés au monde
Les chrétiens restent les plus persécutés au monde - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Plus de 100 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde d’aujourd’hui. Le choc est violent, lit-on dans l’étude « Index mondial de persécutions » publiée par l’association Portes Ouvertes.

A l’exception de la Corée du Nord qui se classe au premier rang, les pays figurant en tête du classement mondial de persécution 2013 sont des nations musulmanes. Ce sont notamment : Somalie, Syrie, Irak, Afghanistan, Arabie Saoudite, Maldives, Pakistan, Iran et Yémen. Ce classement regroupe 50 pays où les chrétiens sont les plus persécutés en raison de leur foi. Par ailleurs, des chrétiens d’Europe sont souvent victime d'ostracisme.

La situation des chrétiens de Corée du Nord s’est nettement détériorée, selon l’étude. Les citoyens qui cachent la Bible ainsi que tous les membres de leurs familles seraient condamnés à des peines allant de la réclusion et des travaux forcés, jusqu’à la peine de mort. De plus, nous ignorons le bilan de ces exactions en Somalie et en Syrie.

Or, les chrétiens sont persécutés même en Europe. Journalistes, infirmières et hôtesses de l’air étaient souvent interdits de porter une croix. Nombreux étaient les cas où les chrétiens n’avaient pas le doit de parler de leur foi. La Cour européenne des droits de l’homme s’engage souvent à régler les questions liées au christianisme.

Par ailleurs, l’Europe assume le danger provenant de la radicalisation des mouvements musulmans, estime Sergueï Tchapnine, rédacteur de la Revue du patriarcat de Moscou, secrétaire de la commission de la Présence inter conciliaire de l’Eglise orthodoxe russe pour la coopération entre l’Eglise, l’Etat et la société.

« Une nouvelle tendance s’affiche clairement. Aujourd’hui, la religion est officiellement reconnue par une partie du monde politique. La présence des Eglises dont l’Eglise orthodoxe russe auprès des institutions européennes a pris de multiples formes il y a cinq-six ans. La situation change lentement. La conscience et l’idéologie séculaires ont du mal à reconnaître le retour de la religion dans la vie sociale et politique. »

La tendance actuelle est telle que ce problème ne peut plus être occulté. Tolérés en Europe, les musulmans ne sont guère tolérants. Au contraire, se croyant tout-puissants, ils se radicalisent en Europe. Les jeunes deviennent des proies faciles aux embaucheurs radicaux, parce que le christianisme ne constitue plus un point de repère (devenues inutiles, de plus en plus de cathédrales sont fermées en Allemagne).   N

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала