Snowden est-il le plus grand traître de l’Amérique ?

© RIA Novosti . Pavel Lisitsyn / Accéder à la base multimédiaNovaïa Gazeta
Novaïa Gazeta - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
Michael Hayden, ex-directeur de la NSA et directeur de la CIA entre 2006 et 2009, pense qu'Edward Snowden pourrait devenir l'homme ayant infligé le plus grand préjudice à son pays de toute l'histoire américaine, écrit le quotidien Novaïa gazeta du 24 juillet 2013.

Michael Hayden, ex-directeur de la NSA et directeur de la CIA entre 2006 et 2009, pense qu'Edward Snowden pourrait devenir l'homme ayant infligé le plus grand préjudice à son pays de toute l'histoire américaine, écrit le quotidien Novaïa gazeta du 24 juillet 2013.

Aux Etats-Unis certains comparent aujourd’hui Snowden au couple Rosenberg, qui avait transmis à l'URSS les secrets de fabrication de la bombe nucléaire ; à Aldrich Ames et Robert Hanssen qui avaient livré à Moscou deux agents de la CIA ; à Daniel Ellsberg qui avait rendu publics les documents confidentiels du Pentagone sur le Vietnam ; et à Bradley Manning qui a coopéré avec le site WikiLeaks et dévoilé des centaines de milliers de documents tirés de la correspondance entre le département d'Etat et le Pentagone.

Edward Snowden s'est retrouvé à Hong Kong avec des ordinateurs contenant les données de NSANET – le plus secret des services de renseignement aux USA. La NSA a donc rappelé l'un de ses meilleurs agents pour évaluer le préjudice infligé par Snowden et découvrir quels secrets ce dernier aurait déjà pu transmettre à Pékin et Moscou.

Et voici les conclusions de Hayden : tout d’abord Snowden a dévoilé les méthodes du renseignement américain, ses tactiques et technologies ; deuxièmement, il a remis en question la capacité des Etats-Unis à garder ses propres secrets et ceux des autres. Les actes de Snowden indiquent une défaillance systémique dans l'accès et dans la protection des secrets d'Etat.

"Je ne suis ni un héros ni un traitre, je suis Américain", a déclaré Snowden dans une interview accordée au quotidien chinois South China Morning Post. L'ex-agent de la CIA a renoncé à sa vie luxueuse à Hawaï et à son salaire de 120 000 à 200 000 dollars par an. Pourquoi ? Pour rétablir la vérité ou pour des motivations moins romantiques ?

Le fugitif a fait faux bond à 30 000 de ses collègues, au président, au congrès et au système judiciaire en décidant qu'il avait le droit moral de violer le secret et de mettre en péril la sécurité du pays et de ses alliés, même si cet acte était commis "au nom de la liberté et de la transparence", estiment les structures de force américaines.

Beaucoup d'Américains sont tout de même du côté de Snowden. Selon le quotidien allemand Spiegel, l'ex-président Jimmy Carter aurait déclaré pendant une réunion à huis clos que la démocratie ne fonctionnait pas aujourd'hui aux USA et que l'intrusion de la NSA dans la vie privée des gens était allée trop loin. Auparavant Carter avait déclaré sur CNN que les pays qui avaient proposé à Snowden l'asile politique agissaient de manière parfaitement légitime.

Edward Snowden n'est pas un traitre mais un informateur public, pense l'ex-officier de la CIA Philip Giraldi. Il ne peut pas être jugé pour trahison. Snowden n'était pas en contact avec Al-Qaïda. Les services américains contrôlent les conversations téléphoniques et internet, ce n'est pas un scoop pour les islamistes. On ne peut pas non plus accuser Snowden de trahison pour avoir transmis des informations confidentielles au FSB russe ou au renseignement chinois, estime l'expert, car il n'existe actuellement aucune preuve. L'ex-directeur de la CIA Michael Hayden rétorque : "Je perdrais tout mon respect envers le renseignement chinois et russe en supposant qu'ils n'ont pas minutieusement étudié le contenu des ordinateurs de Snowden".

Edward Snowden pourra quitter l'aéroport de Cheremetievo le 24 juillet. C'est aujourd'hui qu'expire le délai de traitement de son dossier au service fédéral russe d'immigration.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала