Zone euro: une sortie de la Grèce serait rationnelle (banquier russe)

© RIA Novosti . Grigoriy Sysoev / Accéder à la base multimédiaGuerman Gref
Guerman Gref - Sputnik Afrique
S'abonnerTelegram
La sortie de la Grèce de la zone euro serait plus rationnelle que son maintien au sein de l'union monétaire, a estimé à Davos Guerman Gref, PDG de Sberbank et ancien ministre russe du Développement économique.

La sortie de la Grèce de la zone euro serait plus rationnelle que son maintien au sein de l'union monétaire, a estimé mercredi à Davos Guerman Gref, PDG de Sberbank et ancien ministre russe du Développement économique.

"Dans ce cas, on dirait que " mieux vaut une fin effroyable qu'un effroi sans fin"", a déclaré M.Gref devant les journalistes dans les couloirs du Forum économique mondial (WEF).

Et d'expliquer que pour l'économie grecque, la sortie du pays de la zone euro signifierait un accroissement progressif du produit intérieur brut (PIB) et de la compétitivité grâce à la baisse du cours de la monnaie nationale, et une perspective plus nette sur le développement de la Grèce elle-même et de l'union monétaire dans son ensemble.

"Cela ne vaut sans doute pas seulement pour la Grèce, mais aussi pour d'autres pays périphériques, aux économies non compétitives. Comment pourrait-on devenir économiquement plus compétitif avec une dette pareille et avec un euro aussi fort?", a relevé le PDG de la banque russe, sans citer pour autant de pays.

Le forum de Davos a entamé ses travaux mercredi. Les dirigeants de l'élite internationale politique, économique et financière se retrouvent en Suisse pour débattre de la situation économique mondiale et chercher une issue à la crise.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала